animaanimus

 

L'ANIMA - L'ANIMUS

Auteur : René BOMMELAERE

Cet ouvrage peut être commandé sur le site Amazon.fr



Ce sont des concepts proposés par C.G. JUNG; ils sont largement développés et expliqués dans ses ouvrages. Emma JUNG et James HILLIAM en ont écrit une approche personnelle.
Je me propose sous forme d'un dialogue "réflexif" avec les auteurs de me confronter à leurs pensées, leurs sentiments.

Je ne recherche pas à être l'interprète de cette pensée, je m'enrichis tout simplement de cette confrontation et laisse libre cours à mes hypothèses. Ainsi même si je reprends certaines phrases ou paragraphes de l'ouvrage, ceux ci étant déplacés de leur contexte, ne reflètent pas toujours le sens proposé initialement par les auteurs. Je souhaite donc que pour une lecture correspondant à préciser la pensée des auteurs, le lecteur se reporte aux références des ouvrages: Les œuvres de C.G. Jung et Anima Animus, Emma Jung - James Hilliam -, Seghers.
L'Anima et l'Animus se proposent comme l'union des contraires, la conjonction des opposés dans un jeu harmonieux d'équilibre des énergies féminines et masculines dans l'être humain comme hors de lui.
" La conjonction oppositorum ", - la conjonction des contraires - trouve son accomplissement dans l'union, sans confusion, dans la relation vivante et perpétuelle de l'Anima et l'Animus. (René Bommelaere)

 emprise

 

Anima Animus le lien les désirs l'emprise

Auteur : René BOMMELAERE

Ce livre est disponible sur Amazon.fr

 

La démarche psychanalytique peut être envisagée comme : « Le chef d'orchestre de toutes les sciences » Elle peut proposer une progression naturelle de compréhensions face à la volonté d'ignorance sur le monde des images, des fantasmes et délires qui nous animent. Cela passe par : connaître -- comprendre -- disséquer -- s'expliquer : -- le conscient marqué par (l'inconscient surmoïque et ses programmations pathologiques) -- l'inconscient de vie jungien et l'héritage du patrimoine relationnel qui en découlent. Nous sommes alors à même de poser notre attention sur : -- les sentiments -- les émotions -- la différence entre sentiments et émotions et leurs interactions. -- les désirs -- les jeux de pouvoir -- l'emprise -- la toute-puissance. -- sur quoi sont construites les relations ? Les liens qui en résultent -- de quoi sont-ils faits ? -- les manques qui n'existent pas mais auxquels nous voulons croire ! -- le manque qui existe, celui du pouvoir sur l'autre, mais que nous n'acceptons pas ! -- et tout ce qui s'implique alors dans: La castration primaire et de la castration secondaire, de l'altérité du $, dit autrement de l'acceptation ou non : D'être soumis à la fonction phallique - l'image archétypique : Père/Mère. Nous prenons conscience de l'invention du fantasme groupal par le refus de cette castration de vie, ce qui propose l'assujettissement aux castrations secondaires dû aux fantasmes de l'hallucination collective : « Le délire du groupe qui s'interpelle dans la fable de -- l'amour de l'autre -- » Le sens de vie -- s'il y en a un -- propose entre autres, celui de se construire. Le plaisir de construire de l'être nous interpelle dans cette évolution -- de devenir ce que nous pouvons être -- cette action-challenge -- pour soi -- semble se proposer naturellement, mais pas sans l'effort d'y être.

au nom de lamour

 

AU NOM DE L’AMOUR
Les Sentiments - Les Relations - Démasque le pouvoir des masques - Éduquer s’ Éduquer
Auteurs : Evelyne tapie - René Bommelaere

Cet ouvrage peut être commandé sur le site Amazon.fr

"Nous avons tous dit un jour : " Je t'aime " mais cet amour dont nous parlons ou que nous pensons éprouver, ressentir, est-ce bien de l'amour ?
Souvent nous aimons l'autre parce qu'il nous offre ce qui nous manque ou parce que nous portons notre attention sur les preuves de ses propres sentiments... Or, au fil du temps, si nous apprenons à combler nous-mêmes nos besoins ou manques, nous n'éprouvons plus rien pour l'autre (ou si peu , est-ce l'amour espéré ...?)
Pourquoi cet état de fait ?
Probablement que dès le départ de la relation à deux nous nous sommes leurrés sur nos sentiments. Nous portions aussi déjà surtout notre attention sur les sentiments de l'autre et non pas, sur nos ressentis profonds. Nous avons cru aimer cette personne, alors que nous aimions ce qu'elle nous apportait ou ce que nous imaginions qu'elle était.
Cet ouvrage " Au nom de l'Amour " est censé vous proposer de découvrir les différents schémas de vie qui se manifestent lorsque nous ne savons pas ( ou croyons ), bien nous connaître. Discerner la qualité et la nature réelles de nos relations avec autrui (avec nous-mêmes) est primordial. Nous allons pas à pas, découvrir ce que sont nos différents sentiments, leurs degrés tout aussi variés et les jeux qui peuvent en découler ou les inciter.
" Démasque le pouvoir des masques " propose de nous observer et de déceler les jeux aliénants dans lesquels nous pouvons nous enliser.
Le jeu de la vie est censé permettre à chacun d'entendre et d'exprimer toute la positivité qui est en lui. La condition nécessaire est dans un premier temps, d'accepter de poser bas le masque qui nous éloigne de notre sens de vie... Éduquer - S'éduquer se relient directement à la relation, à la communication envers soi-même comme envers autrui.
Toute démarche vers une meilleure approche de soi-même nous amène à percevoir qu'avant d'éduquer l'autre, il s'agit de passer d'abord par une action d'éducation en continue envers soi-même. "

influences

 

INFLUENCES et SUGGESTIONS
Les bases des jeux de pouvoirs
Auteurs : Evelyne TAPIE - René Bommelaere

Cet ouvrage peut être commandé sur amazon.fr

Le phénomène hypnotique est commun, courant, il s'implique de façon intense et dynamique dans notre vie quotidienne, il est comparable aux nécessités telles que manger, parler, respirer, boire...
Il se perçoit de façon empirique quand à un moment donné l'être , est à même de « réagir » à quelque chose qui l'anime, le pousse, « le pilote », à son insu... Tout professionnel de l'écoute des processus inconscients le perçoit à longueur de temps pour lui comme pour les autres.
Au décours de l'ouvrage qui vous est présenté vous pourrez entendre en vous-même,( nulle part ailleurs), «les méfaits» inconscients ou «bienfaits» en conscience qui vous animent.
La capacité hypnotique de suggestibilité -- commune à tout-être -- est basée sur les représentations acquises, les associations, les mécanismes de défense, l'intensité des focalisations.
Les réponses mises en place le sont par le choix du sujet qui dans sa singularité -- son libre arbitre -- utilise à sa façon, sa fonction naturelle d'autosuggestion. Fonction naturelle veut dire que cela se fait, s'est toujours fait même quand nous n'en reconnaissons pas l'existence, là aussi nous avons le choix d'en prendre conscience, prendre conscience de ce fait de sa responsabilité d'être ou de rester dans l'inconscience de ses processus psycho dynamiques. C'est-à-dire être un peu maître chez soi ou être aliéné à des perceptions enfantines.

procreation

 

Démarche analytique livre II

PROCREATION et LIEN SOCIAL

Auteur : René BOMMELAERE

Cet ouvrage peut être commandé sur le site Amazon.fr

Le titre de cet ouvrage pose une question, une réflexion sur ce que la démarche analytique implique comme procréation dans le sens de construction de soi-même, et influe sur le lien social au niveau du $ qui renaît à lui-même. Pour répondre à ce questionnement je me propose de suivre le cheminement des associations inhérent à ma démarche analytique (ainsi je n'implique que moi) et de corréler mes diverses associations aux enseignements des auteurs : Freud – Lacan …, ce qui précise la psychanalyse, et : Jung – Adler – Baudoin …, pour la psychologie analytique; puis d'entendre ce qui m'anime en suivant les processus des pulsions et le monde de l'imaginaire qui précise mon fantasme ou délire ainsi que le point d'orgue marqué par le symbolique.

La procréation, doit pouvoir s'entendre dans les changements d'attitudes, de perceptions et de représentations, acceptations qui pourront alors se positionner. Inscrit dans le lien social je vais me donner les moyens de disséquer le fantasme, là, je suppose rencontrer le devenir des pulsions et je m'arrêterai alors à définir la pulsion d'emprise. Je vais m'appliquer à préciser que la pathologie est inscrite dans le lien social, ma pathologie, mes souffrances, mes perversions impliquent ce lien social. Comment trouver pour ce mécréant (qui s’éloigne des ontologies référentielles) que je démontre sur la scène, quelle voie me permettra tout en me recréant, de me situer de plus en plus positif , créatif et constructif, dans le groupe ; de quoi peut être fait alors le lien social, alors qu'un peu plus différencié de la masse, je fais néanmoins partie du groupe.

Démarche analytique

La création de soi-même ou tout au plus celle d'un moi - aux émois plus mesurés - n'est pas évidente ; je précise d'ailleurs, plus le fait d'une procréation, car il s'agit pour moi davantage de me donner, non pas sans effort, les possibilités de construire - ce moi - cette conscience.

Je me confronte à ce langage qui m'est proposé, ce lien social, au préalable lien de mensonges similaire, au chaos que j'ai à identifier et à repositionner pour moi.
Par quels détours, à quel discours vais-je m'utiliser pour insérer mon fantasme, ( dans quel scénario, dans quel rôle vais-je m’insérer) comment vais-je me mentir, me bercer d'illusions ? Je puise sans vergogne à cet héritage - ce patrimoine relationnel, aux créations culturelles de l'humain sans oublier au passage - pour alimenter mon phare d'expressions -- de l'agrémenter d'une panoplie de perversions ce qui dans «mes grands émois» m'a fait approcher « du délire » certes reconnu, pour ce qu'il est, mais pas au moment où il se vivait.

Le symptôme, mes symptômes se sont exprimés, s'expriment tantôt sur le plan relationnel ou par mes bégaiements comportementaux... Le corps physique lui aussi s'est inséré dans cette création polyphonique souvent plus inconsciente que consciente. Mais qu'en est-il du chef d'orchestre, peut-on l'appeler « refoulé - déni - rejet » ; ces concepts que représentent-ils, qui représentent-ils ? « Quel serait le signifié premier » s'il existe ; et j'apprécie pour moi ce jeu du « prétexte » - le phallus - ( et la fonction qu’il implique) qui est de fait hors texte, comme le désir qu'il éveille .

Comment faire alors pour accepter l'impossibilité de la toute-puissance, de la toute jouissance, pour permettre à l'être que je suis de pouvoir éclore, me permettre au-delà des comparaisons et compétitions oedipiennes de laisser s'exprimer « mes procréations » sans vouloir convaincre l'autre.

Comment me positionner dans l'acceptation vécue du complexe de castration afin que l'artisan, l'artiste se positionne sur la scène de ma vie, jouir simplement de ce que je peux « faire » pour moi ?

Mes propos, mes réflexions, mes travaux peuvent être perçus comme subversifs, ou dérangeants. Aussi je vous propose simplement (ni croire - ni ne pas croire) de les accueillir pour ce que vous pourriez en faire. (René Bommelaere )

Plus d'articles...

Connexion Utilisateurs

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Calendrier activités

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
Date : samedi 16 mars 2019
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
Date : vendredi 29 mars 2019
30
Date : samedi 30 mars 2019
31

Recherche avancée